topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

14/01/2013

COTE D'IVOIRE / JUSTICE : OUATTARA DÉBARQUE LE PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE POUR VÉRITÉ SUR LE DRAME DU PLATEAU

Le procureur de la République, Simplice Koffi Kouadio, a été débarqué. L'information a d'abord circulé sur la toile comme une blague de mauvais goût.

On avait en effet cru à une de ces intox qui font souvent le tour des sites internet. Puis, passé le moment de doute, nous cherchons à recouper l'information : Simplice Koffi Kouadio a bel et bien été limogé. Selon nos sources, le procureur de la République a été débarqué en même temps que Fofana Ibrahim, procureur général, anciennement avocat général près la cour d'Appel du Plateau et le procureur de Yopougon, Silué Couhoua. L'information, encore officieuse, pourrait être rendue publique sous peu.

Installé le 29 avril 2011 en remplacement de Raymond Tchimou, Simplice Kouadio pourrait être remplacé par le magistrat Richard Christophe Adou, actuel procureur de la République, près le tribunal de première instance de Bouaké. Il était l'adjoint de l'ex-procureur de la République, Raymond Tchimou. Quant au procureur général débarqué, il pourrait céder son fauteuil au juge Ali Yéo, ancien porte-parole et directeur de cabinet du ministre de la Justice, qui est pressenti pour lui succéder.

Pour l'heure, on n'en sait pas plus sur le successeur du procureur de Yopougon, lui aussi emporté par cette vague de licenciement. Comment expliquer ce brusque limogeage du procureur Simplice Kouadio, intervenu quelques jours seulement après qu'il a rendu publique l'enquête qu'il a conduite dans le cadre des bousculades meurtrières du 31 décembre au Plateau ? « C'était prévisible », estime un juriste habitué du palais de Thémis du Plateau.

A en croire, en effet, des sources bien informées, le procureur de la République paie le prix du bâclage de la fameuse enquête sur les bousculades meurtrières du 31 décembre, dont les résultats n'auraient pas répondu aux attentes de Alassane Ouattara. Surtout que l'enquête semble accuser le gouvernement en prétendant que le drame s'explique en partie par l'insuffisance des forces de l'ordre sur les lieux, là où le régime ouattara estimaient avoir déployé un grand nombre d'agents de sécurité. C'est donc cette enquête, jugée expéditive, qui serait la goutte d'eau qui a fait déborder le vase et partant, a noyé l'ancien homme fort du palais de justice du Plateau.

Mais, il n'y aurait pas que cela. Son limogeage, selon toujours nos sources, sanctionne l'accumulation des impairs dans la conduite des dossiers judiciaires dont il a la charge. Des procédures en cours concernant les prisonniers pro-Gbagbo jusqu'au cas particulier de Simone Gbagbo, la gestion de tous ces dossiers ne serait pas bien vu au sommet de l'Etat.

Par ailleurs, ce coup de balai s'inscrirait dans la droite ligne de la vague de suspensions qui a frappé plusieurs magistrats il y a quelque temps, pour s'être compromis dans certaines affaires judiciaires. Last but not least, le dernier limogeage de hauts responsables de l'appareil judiciaire répondrait au souci d'Alassane Ouattara d'imprimer davantage sa marque au régime, en se débarrassant de ces hommes en toge.


Les commentaires sont fermés.