topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

18/06/2012

Ahmed Bakayoko président de la Côte d'Ivoire par imtérim

hamback.jpg


La Côte d'Ivoire ne s'est, hors période de crise, jamais autant vidée de ses dirigeants. Entre fuite des événements de l'ouest, l'insécurité grandissante en Côte d'ivoire et vacances pour certains, cette réalité pourrait ternir l'image d'une classe politique

Ouattara, Ahoussou, Duncan, Soro et bien d'autres hors du pays, c'est bel et bien le ministre d'Etat et de l'intérieur Ahmed Bakayoko qui gère la Côte d'Ivoire et qui assure avec le cabinet présidentiel et les coopérations françaises, l'intérim du pouvoir.

Une situation quasi inédite qui ne semblerait pas sans provoquer une satisfaction totale pour ce pseudo-politicien ( qui n'arrive même pas à gérer son ministère) qui n'a jamais caché ses ambitions d'un jour devenir président de la République. En effet, selon nos informations, Ahmed Bakayoko se délecterait de cette situation comme constaté par certains de ses collaborateurs lors d'une réunion de sécurité conjointe avec le ministère délégué à la défense ce dimanche à Abidjan.

Alors que bon nombre d'observateurs sont sceptiques quant aux bienfaits et conséquences de l’initiative médiatique entreprise sur la RTI la semaine dernière, dans laquelle Ahmed Bakayoko balayait d'une traite les renseignements militaires et autres articulations politiques à des fins à priori claniques, tout indique que ce ministre de l’intérieur prend très au sérieux ce rôle d’intérim au point de se contraindre à ne pas sortir dans les lieux de plaisirs et de débauches nocturnes que le ministre et ses proches affectionnent très bien. Selon nos informations, Ahmed Bakayoko est constamment en contact avec Alassane Ouattara, actuellement en Israel, pour faire le point par téléphone.

La Côte d'Ivoire ne s'est, hors période de crise, jamais autant vidée de ses dirigeants. Entre fuite des événements de l'ouest, l'insécurité grandissante en Côte d'ivoire et vacances pour certains, cette réalité pourrait ternir l'image d'une classe politique qui peine à redorer son image après la crise post éléctorale compte tenu des mensonges sur le camp GBAGBO, promesses non ténues, des défis à relever au plan sécuritaire et pour l'heure du manque de résultat sur l'emploi.

Les commentaires sont fermés.