topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

11/05/2012

FACE A CE QUI ARRIVE, D'OU LEUR VIENDRA LE SECOURS ?

ci.jpg


Ils seront face au devoir mortel d’assumer enfin, avec dans leurs mains, les armes neuves livrées cette semaine du 7 mai 2012 par Nicolas Sarkozy,

De nulle part, ne viendra aucun secours. Parce qu’ils n’y ont plus droit. Parce qu’ils en sont devenus indignes. Parce qu’ils en sont déchus pour toujours. Oui. Il n’y aura pas de secours pour eux, s’ils osent s’inviter sur le théâtre des opérations.

Ce soir, assis devant mon ordinateur, après avoir échangé avec les points de contact à Jéricho, je suis parcouru par un sentiment qui mêle la joie à l’angoisse. Je suis dans la situation d’un homme qui attend sa femme en travail, habité par l’espoir d’entendre les pleurs du bébé, angoissé par la manifestation de l’intense douleur qui précède ce moment de bonheur.

Alors je ressasse en mon esprit le point de la situation que j’ai reçu. Et il me vient cette question fondamentale : d’où leur viendra le secours ?

Après avoir fait tant de mal, d’où leur viendra le secours ?

Après avoir humilié tant de personnes, d’où leur viendra le secours ?

Après avoir ruiné tant de vies, d’où leur viendra le secours ?
Bien évidemment, aucun secours ne leur sera apporté. Ils seront donc face à leur destin, face à leur responsabilité de malfaiteur, face au feu dévorant et au scintillement affolant du sabre du guerrier levé vers le ciel pour s’abattre sur le monstre avec une fureur aveugle.

Ils seront face au devoir mortel d’assumer enfin, avec dans leurs mains, les armes neuves livrées cette semaine du 7 mai 2012 par Nicolas Sarkozy, comme un cadeau d’adieu transporté par le bâtiment de guerre français qui mouille les eaux ivoiriennes au Port Autonome d’Abidjan.

Mais, ils sont déjà marqués du sceau divin de la mort pour servir de témoignage devant l’histoire et donc, tous autant qu’ils sont, ne peuvent s’empêcher de continuer dans la voie de la perdition avec la raideur de nuque qui les caractérise tous, leur cœur étant changé en pierre depuis qu’ils ont osé verser le sang du peuple paisible de Côte d’Ivoire, afin que leur sort soit à la hauteur de leur abomination.
Oui, j’en ai l’angoisse. L’angoisse de la détermination. Comme un membre d’une équipe commando préparant l’intervention.

Et je me dis, comment vont-ils prendre la fuite ? Comment vont-ils se disperser et crier pour implorer la clémence du guerrier déchaîné et ivre de rage ?

Et ce regard du damné sur qui va s’abattre le tranchant de la guillotine ? Ce regard qu’aucun guerrier expérimenté ne cherche à croiser parce qu’il montre que la vie de l’homme ne tient qu’à très peu de choses.

J’y pense, allant et venant, comme si c’était déjà l’heure. Et j’impatiente car l’heure tarde à sonner.

Moment fatidique, moment d’introspection, moment de concentration intense et féroce.

Ce jour, mon regard est chargé d’autorité et de puissance.
Je suis un Guerrier né d’une lignée de Guerriers. Et mon devoir est de servir mon peuple.

Alors que vienne l’heure afin que je pousse ce grand soupir décontractant qui précède la marche vers les murs effondrés de Jéricho !


A Très bientôt.

Hassane Magued

Les commentaires sont fermés.