topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

10/05/2012

COTE D'IVOIRE: LE REGIME OUATTARA RENVOIE 5800 ETUDIANTS ET AUGMENTE LES FRAIS D'INSCRIPTION EN UNIVERSITE

universite.jpg


La conférence des présidents des universités, à cette occasion, a annoncé le relèvement du taux d'inscription sans préciser à quelle hauteur

L'Université nouvelle, celle décidée par le régime Ouattara, fera de nombreuses victimes à cause des nouveaux critères. Ces nouvelles dispositions ont été communiquées, hier, au cours d'une conférence de presse. C'était à l'Ecole normale supérieure (Ens).

La conférence des présidents des universités, à cette occasion, a annoncé le relèvement du taux d'inscription sans préciser à quelle hauteur il sera fixé. « Cela fait donc 32 ans que le montant des frais d'inscription est resté inchangé en Côte d'Ivoire. Ce qui correspond en réalité à une baisse si l'on tient compte du coût de la vie. Le montant de 6000 francs Cfa reste largement insuffisant pour couvrir l'ensemble des frais afférents à l'inscription. Ce faible taux ne permet pas d'apporter les ressources additionnelles indispensables au bon fonctionnement des universités », a expliqué le professeur Bakayoko-Ly Ramata, président de l'université de Cocody. « Cette mesure, selon elle, a pour objectif de donner un enseignement de qualité aux étudiants. « La formation a un coût d'où la contribution des étudiants à la formation », a-t-elle rappelé.

Mais à la question de savoir si cette mesure ne va pas susciter la colère des étudiants, la conférencière a rassuré : « Les étudiants sont d'accord sur le principe. Depuis 1998, le principe a été acquis au cours d'une réunion à Yamoussoukro. Nous allons échanger avec les syndicats. Il faut que les étudiants participent. Leur problème, c'est comment cet argent va être géré. Nous devons préparer l'esprit au changement d'une université nouvelle. Nous allons prendre les étudiants qui voudront accepter ces nouvelles dispositions ».

Le président de l'université de Bouaké, le professeur Poamé Lazare a ajouté que tout va changer, des infrastructures aux cours. A cette conférence de presse, il a été également question de la suppression du "parapluie atomique" à la rentrée prochaine. Sur ce sujet, le président de l'université d'Abobo-Adjamé, le professeur Tano Yao, a été catégorique : « Il s'agit de faire comprendre aux parents et aux étudiants que ce qui est normal et même logique, c'est qu'un étudiant qui triple un niveau soit exclu (…) Alors pourquoi l'université devrait-elle déroger à cette règle », s'est-il interrogé.

Et mentionné que « 5 800 étudiants se trouvent en situation irrégulière du fait du "parapluie atomique" ». Selon le conférencier, ce sont des étudiants qui sont inscrits en licence ou en maîtrise depuis 8 ans pour certains et 10 ans pour d'autres pour des études qui doivent être faites normalement en 3 ou 4 ans. Les conférenciers ont aussi informé qu'au regard de l'insuffisance des enseignants, l'Etat aura recours à des experts nationaux ou internationaux (contractualisation). Le président de l'université de Bouaké, le professeur Poamé Lazare qui a donné cette information, a exposé également sur les heures complémentaires. Il a promis que les dérapages seront corrigés. Quant aux primes de recherches, il a expliqué que c'est une prime à l'effort.

Commentaires

je crois que le gouvernement doit songer à augmenter le revenu des populations avant de revoir l'inscription à la hausse

Écrit par : N'GUESSAN | 10/05/2012

Bonjour mes chers compatriotes !

Inutile de chercher ailleurs les raisons de l’exclusion des 5800 étudiants de nos universités. Car ce chiffre est la résultante d’une enquête conjointe gouvernement Ouattra /onuci-licorne.

Rappelons-nous que pendant la résistance, plusieurs de nos étudiants environs plus de 3000 qui formaient le bouclier humain dans la cours du palais présidentiel à Cocody pour protéger celui que le peuple de Côte d’Ivoire à choisi comme le président ont été tué par le bombardement de l’armée Française. Bombardements qui ont duré 3 jours successifs à la suite quel notre président Laurent GBAGBO a été kidnappé par les forces spéciale de l’Elysée.

D’autres étudiants ont fait l’objet d’exécutions sommaires dans les différentes résidences et cités universitaires de la capitale, et d’autres encore, dans les batailles de résistance pour défendre du pays attaquée par une armée d’occupation et encore d’autres, dans d’autres situations etc…

Rappel sources ONG locales du 22 Avril 2011: 9600 morts et 11 000 disparus sur la seule ville d’Abidjan et ses banlieux, soit 11 jours après les 3 jours de bombardements sur Abidjan la capitale.

Il est donc plus que impérieux de regarder avec beaucoup de jugeotes et de discernements cette décision de l’état de la république Ouattara qui consistent à exclure des milliers de nos frères et soeurs étudiants de nos universités.

Le chiffre indiqué par les autorité de la république de Ouattara/Sarkosy cache d’autres réalités que je vous invite à regarder autrement qu’une décision d’exclusion d’étudiants. Ne parlons pas d’enquête dans cette république bananiére.

Dès lors avec cette décision d’exclusion de nos étudiant par le pouvoir de Ouattara, plusieurs questions se posent aux parties politiques, ONG, aux dirigeants religieux ainsi qu’aux associations qui ont bien voulu se mettre aux cotés de ce gouvernement pour RECOMMENCER le processus de réconciliation déjà entamé et presque achevé par l’équipe du président SEM Laurent GBAGBO.

2 questions seulement aux actuels partisans de réconciliation version Ouattara /Sarkozy.

1- quel état des lieux aux « sorties » de cette guerre imposée aux ivoiriens par l’extérieur ont-ils reçu, lu et signé pour se joindre à Ouattara ?(si oui, veuillez nous transmettre par voie de presse un exemplaire de cet état des lieux)

2- que font-ils de notre constitution actuel que nous nous sommes librement doter ?

J’exige au moins un réponse de la part des concernés

5800 étudiants exclus est équivaux à 5800 absents de nos universités.
Chiffre pas du tout banal.

5800 étudiants, Il s’agit entre autre de ceux qui ont fait le travail que devrait faire Philippe MANGOU, Tiapa KASSARATE et consort payés par le contribuable ivoirien pour protéger le pays, la nation et ceux qui y habitent et ce, en de pareils situations.

Nous n’accepterons toujours par ça.

Vous remerciant d’avance.

Écrit par : nangid el kabach | 11/05/2012

vous etre un maudit avec votre site

Écrit par : kone souleymane | 30/06/2012

vous etes mauvais. vs etes riches et ne pensez pas au pauvres. vous voulez creer le chomage et vous parler de reconciliation. continuez.

Écrit par : bedel | 01/07/2012

vous etes sans coeur

Écrit par : bedel | 01/07/2012

ils ont bloque le site de recensement depuis le jeudi 28-06-12

Écrit par : bedel | 01/07/2012

Les commentaires sont fermés.