topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

18/04/2012

Côte d'Ivoire: Ouattara prépare "la deuxième mi-temps de la guerre"

guerre,en,cote,d,ivoire


Le régime ivoirien semble être sur le qui-vive depuis quelques semaines. Alassane Ouattara a investi des zones bien précises de ses hommes avec un armement impressionnant, soutenu par les manoeuvres de l’Onuci. Tout se passe comme si d’autres affrontements étaient programmés...

Mouvements de troupes, retour des MI24. Le retour des Mi-24 de Ban Ki-Moon en Côte d’Ivoire ne présage rien de bon...

Le régime ivoirien semble être sur le qui-vive depuis quelques semaines. Alassane Ouattara a investi des zones bien précises de ses hommes avec un armement impressionnant, soutenu par les manoeuvres de l’Onuci. Tout se passe comme si d’autres affrontements étaient programmés...

Les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) reçoivent secrètement, selon des sources au sein de la grande muette, un renfort en armement depuis plusieurs semaines alors que la Côte d’Ivoire est encore sous embargo. Et que le régime actuel a annoncé la fin de la guerre, il y a un an. Depuis quelques semaines, un mouvement de troupes se signale aussi bien à l’ouest qu’à l’est du pays. Hommes, armes et minutions sont acheminés – secrètement – vers ces «zones» jugées, par le régime Ouattara, susceptibles de créer le danger. En plus de ce qu’il y a moins d’une semaine trois MI24 ont été ramenés en Côte d’Ivoire par la mission onusienne à la demande des autorités ivoiriennes.

Le chef de l’Etat et par ailleurs ministre de la Défense, au regard des mouvements militaires, doit avoir un autre projet en vue. Du moins en apparence. C’est clair que le régime prépare discrètement une guerre, avec l’appui inconditionnel de l’Onuci qui, on le constate maintenant, n’a pour mission que de protéger vaille que vaille le pouvoir Ouattara. Après avoir protégé la rébellion et les hommes politiques du RHDP pendant près de dix ans.

Des armes traversent les frontières... à profusion

C’est pourquoi, avec une facilité déconcertante et bénéficiant de l’aval de Paris et de Ban Ki Moon, le régime d’Abidjan a introduit auprès du Conseil de sécurité, une demande de levée de l’embargo sur l’achat des armes. Mais en attendant, c’est à profusion que les armes à destination d’Abidjan traversent les frontières nord du pays, selon les révélations d’un élément Frci du camp de la Bae. Qui luimême a eu à participer au transport d’armement jusqu’à Abidjan.

Dans le même temps, Alassane Ouattara peut compter sur un de ses alliés de poigne, l’Onuci qui fait venir ses trois avions de combat (des MI-24) en Côte d’Ivoire. Après l’exposé du patron de l’Onuci, vendredi dernier à l’Onu, sur la situation générale et sécuritaire en particulier qui prévaut en Côte d’Ivoire, le SG de l’Onu, Ban Ki Moon, avait souhaité le retour des avions de combat à Abidjan. Afin de dissuader d’éventuels «fauteurs de troubles».

«Nous échangeons selon les périodes et en fonction des circonstances du personnel et des équipements. Effectivement, il a été jugé utile que ces trois hélicoptères soient basés en Côte d’Ivoire. Cela peut toujours être utile s’il y a des problèmes. Mais, ils sont en fait mobiles entre les deux missions», avait argumenté Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint des Nations Unies pour le Département des opérations de maintien de la paix. N’empêche que le régime a renforcé les barrages (une dizaine) sur l’axe menant à Noé, à la frontière ghanéenne. Dans la seule nuit d’hier, aux environs de 21h 30, pas moins de 6 cargos transportant des soldats onusiens ont pris la direction Aboisso-Noé.

A l’ouest du pays, en plus d’un déploiement impressionnant des Frci, l’effectif des milices Dozos a considérablement augmenté. Officiellement, ces «nouveaux visages» sont des manoeuvres pour les plantations de café-cacao. Mais en réalité, il s’agit bel et bien de combattants dozos venus en renfort à leurs «confrères» régnant déjà en maitres absolus dans l’ouest. Ce décor planté, il est clair que le régime Ouattara, arrivé au pouvoir à la suite d’une guerre post-électorale, se prépare à entrer en guerre contre des ennemis qu’il voit partout. Les forces étrangères, notamment l’Onuci et la Licorne multiplient des mouvements sur les routes ivoiriennes. Cette coalition ira-t-elle jusqu’à susciter un faux complot et une épuration pour se prémunir du «risque» géostratégique que pourrait constituer la perte du pouvoir par Nicolas Sarkozy, ami intime et soutien inconditionnel du régime Ouattara ? Plus que jamais, la méfiance est de mise.

Benjamin Silué
Nouveau Courrier

Les commentaires sont fermés.