topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

17/11/2011

Camps de Duékoué : Ouattara chasse des populations sans logis et sans moyen de retour

deplaces-duekoue.jpg

Sous la menace d’une intervention des Frci en cas de refus des populations concernées de partir. Tristesse et émotions au rendez-vous, à voir des populations sans logis et sans moyen de retour sur les ruines de leurs maisons dévastées au cours de la crise postélectorale.


La date butoir que le gouvernement a fixé pour la fermeture des camps de déplacés de l’Ouest, notamment de Duékoué, c’était le 15 novembre 2011 dernier. Date qui coïncidait paradoxalement avec la journée nationale de la paix. Au lendemain de cette célébration, le déguerpissement des populations en détresse qui ont trouvé refuge sur des sites d’accueil tenus par des organisations internationales et des organisations non gouvernementales a effectivement débuté. Sous la menace d’une intervention des Frci en cas de refus des populations concernées de partir. Tristesse et émotions au rendez-vous, à voir des populations sans logis et sans moyen de retour sur les ruines de leurs maisons dévastées au cours de la crise postélectorale. Aujourd’hui, ces populations ne décolèrent pas contre les organisations du système des Nations unies et des ONG spécialisées dans la prise en charge des déplacés, accusées de complicité avec le gouvernement. Elles reprochent à ces structures internationales d’une part, de ne pas respecter leurs chartes qui reposent sur l’obligation de protéger les personnes en danger. Et d’autre part, de réduire les kits d’accompagnement promis par les agents de l’Organisation internationale des migrations (OIM) à des cordes et des paquets de pointes. Point de nattes, de matelas ni bâches pour couvrir les maisons décoiffées ; point de rations alimentaires pour aider les déplacés et leurs progénitures à survivre, ne serait-ce que dès les premiers jours de retour chez eux où Frci, dozos et allogènes burkinabè ou maliens sont les nouveaux maitres.
Indignés, les déplacés dont le sort n’émeut nullement la communauté internationale et ses démembrements en Côte d’Ivoire refuseront dans un premier temps de partir. Mais ils y seront contraints très vite par les agents de l’Organisation internationale des migrations (OIM) qui ont menacé de faire appel aux éléments des Frci déjà en attente d’intervention pour le sale boulot. La mort dans l’âme, les déplacés ont donc quitté les camps de déplacés, sans trop savoir où trouver refuge.
Les 459 personnes qui ont embarqué à bord d’un camion commis pour le déguerpissement ont été déversées comme des bœufs sur l'espace CP2 du quartier Carrefour. «Ils sont repartis comme ils sont venus, errant dans la nature, sans repère, la plupart ne sachant ni où dormir ni où aller», commentait un agent de l’Etat en poste à Duékoué. Les inquiétudes des agents de Médecins sans frontières (MSF) n’ont pas valu grand’ chose. Et même les quelques réfugiés qui résistent encore, invitant les ONG et organisations du système des Nations unies à cesser de bafouer leurs chartes et à dire non au gouvernement, savent déjà qu’ils devront partir.
Interrogés sur leurs agissements, des agents de l'OIM ont confié que l'important, c’était de débarrasser la mission de ses occupants «indésirables» comme l’exigeait le gouvernement. Particulièrement le ministre Kafana Koné qui veille au grain et ne relâche pas la pression sur les ONG.

14:31 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.