topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

19/10/2011

Saïoua : Frci et dozos attaquent Dérahio, 2 enfants blessés par balles

frci2.jpg

Ces forces pro-Ouattara ont tiré sur des enfants de moins de 10 ans qui ont pris des balles des fusils de type calibre 12 dans leurs bras. Ils se trouvent à Daloa pour des soins médicaux.


Les dozos et les Frci sont-ils un fléau pour la société ivoirienne? On peut répondre aisément par l’affirmative si l’on s’en tient à ce qu’ils font depuis leur avènement. Parce que chaque jour qui passe constitue un véritable enfer pour les Ivoiriens du fait de leurs agissements.
Le village de Dérahio, dans la tribu Nougogo à Saïoua, vient de faire l’amère expérience de la présence de ces troupes armées qui ne jurent que par Alassane Dramane Ouattara. En effet, selon nos sources, Dérahio a été attaqué le mercredi 12 octobre par la naturelle coalition des dozos et Frci. Ces forces pro-Ouattara ont tiré sur des enfants de moins de 10 ans qui ont pris des balles des fusils de type calibre 12 dans leurs bras. Ils se trouvent à Daloa pour des soins médicaux. Ces mêmes qui sévissent pour le compte du chef de l’Etat ivoirien ont sérieusement tailladé à la machette un jeune du village et blessé à la tête par balle le jeune Digbeu Abiali Richard, rattrapé dans sa fuite vers le village de Niaourahio.
Cette dernière victime a été transférée dans une clinique à Issia où il lui a été signifié que son état critique nécessite une radiologie pour un meilleur diagnostic. De peur d’être tous tués ce mercredi noir, tous les villageois ont quitté le village pour se réfugier dans les forêts.
Et pour en ajouter au malheur des populations, selon nos sources, les dozos et les Frci basés à Zadihoa, conduits par leur chef, Coulibaly Djangalo et le chef de sécurité, un Burkinabé prénommé Albert, procédaient systématiquement à l’arrestation de tous ceux qui passaient par là. Nos interlocuteurs précisent que 2 chars et des véhicules de type 4X4 de l’Onuci sont allés ramener le calme. Tout en laissant les Frci qui tiennent toujours leur corridor à Zadihoa où ils occupent sans gêne la maison de Gnato Zié, ancien directeur de cabinet du ministre de la Défense. Nos sources expliquent qu’à l’arrivée de l’Onuci, les Frci et les dozos ont tué un mouton des villageois et se régalaient pour célébrer ce qu’ils considèrent comme leur victoire sur les villageois.
Selon des témopins, c’est suite à une querelle entre deux jeunes de Dérahio que les Frci se sont invités dans la bagarre pour tenter d’emmener avec eux un des belligérants. Les villageois se sont opposés jusqu’à ce qu’une bagarre s’en suive. Comme toujours, ces hommes en armes ont appelé après du renfort pour attaquer le village.

11:15 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.