topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

29/09/2011

Lakota: Les Frci enlèvent un prêtre

FRCI.jpg

Pour que vous soyez libéré, vous devez payer une forte somme d’argent.»





Publicite Afrique



A la paroisse catholique de la commune de Zikisso, département de Lakota, l’étonnement est encore bien grand. Et beaucoup de fidèles continuent de se demander ce qui a bien pu guider les Frci ( rébellion armée de Ouattara Alassane en venant dans la paroisse enlever le prêtre des lieux. L’homme a été pris par des éléments armés qui l’ont conduit à leur base sans autre forme de procès. il a été sérieusement passé à tabac avant d’être jeté dans une «prison» comme un vulgaire voyou. Pour sa libération, ils lui ont exigé la somme de 2 millions de Fcfa. «C’est ça ou rien», ont- ils confié à ceux qui négociaient sa libération. Les paroissiens ont donc été mis à contribution pour réunir la somme demandée par les Frci. Au final, c’est un peu plus d’ 1 million de Fcfa qui a pu être réuni après les cotisations des fidèles. Cela leur a été remis avant que l’homme de Dieu ne soit relâché, à la grande joie de ses coreligionnaires. De retour à la paroisse, le prêtre a tenu à organiser un culte, pour que Dieu lui donne la force de pardonner à ses bourreaux.

Ainsi va la vie dans la région de Lakota où il ne fait plus bon de ne pas être un partisanbon de ne pas être un partisan de Ouattara. La vie devient de plus en plus intenable pour les populations obligées chaque jour de subir les humeurs des Frci. Et cela loin des regards de tout le monde. ils agissent d’ailleurs en bourreaux intouchables qui ont droit de vie ou de mort sur les populations. «Ce sont eux qui occupent actuellement la résidence du préfet. Ils lui ont juste cédé une chambre dans sa propre maison. Et le pauvre, bien qu’affecté par Ouattara, n’a aucun pouvoir.

Ce sont les Frci qui font tout et décident tout. Il n’est préfet que de nom.» Confie amère, une tête couronnée de la région. A Lakota tout comme dans bien d’autres régions de la Côte d’ivoire, les Frci ont leur justice et leurs prisons qui dans leur fonctionnement, défient les lois de la république. «Ils ont une prison à Lakota. Je vous dis que c’est un mouroir. Il y a des innocents pris dans des rapts qui sont là-bas sans que personne ne le sache. Pour rien, on vous prend et on vous dépose là-bas.

Pour que vous soyez libéré, vous devez payer une forte somme d’argent.» Explique un cadre de la ville qui a retrouvé là-bas, son frère porté disparu. Dans les villages, la situation est encore très critique, voire terriblement insupportable pour le monde paysan. «Les Frci nous rendent la vie difficile ici. Nous vivons au gré de leurs humeurs.» Se libère un villageois presqu’à bout. Et le nombre des soldats continuent de grossir dans les villages, parce que tous ceux qui ont été chassés de la ville par l’Onuci se sont retrouvés dans les campagnes avec armes et munitions. «A Bgoutouko, ils ont abattu 2 jeunes du village sans raison. Jusque-là, on ne sait pas pourquoi ils ont tué ces deux jeunes. Et toujours dans ce village, quand ils ont besoin d’argent, ils font des prisonniers. Pour qu’on vous libère, vous payer la somme de 50 milles Fcfa. Dans les villages de Kouassililié et Dougbrouyie, ils ont incendié des maisons.» Fait remarquer un autre paysan. A Akridou-Ladde, la situation est aussi pire que dans les autres villages. La cohabitation avec l’armée de Ouattara devient de plus en plus insupportable. «Chaque jour, nous devons payer 200 francs pour aller dans nos champs. Ils ont en plus, une prison. Ils font des rapts, prennent des jeunes. Et nous devons payer à tout moment la somme de 100 mille francs pour les faire libérer. Je vous avoue que ça commence par devenir insupportable. Parce que c’est du jamais vu en Côte d’Ivoire.» Se plaint un jeune paysan. Dans l’autre village appelé Blihiri, 2 jeunes ont été pris sans raison. Leurs parents ont été contraints de payer aux Frci la somme de 300 mille Fcfa avant qu’ils ne soient libérés. Dans le village de Gnébezaria, l’armée de Ouattara se substitue désormais à la justice ivoirienne. Elle y a installé une prison. On n’oubliera pas aussi ce qui paraît pour la chose la plus normale pour les Frci. A Zikisso, tout comme à Lakota, les maisons de tous les cadres de La majorité présidentielle ont été pillées. Au siège du Fpi, tout a été emporté. Même les ampoules et les interrupteurs.

En somme, rien n’a été épargné par l’armée très républicaine de Ouattara.

Guehi Brence
Envoyé spécial à Lakota

Source: Le Temps

08:08 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.