topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

27/09/2011

Zaba Zadi, Fédéral Fpi de Yopougon : «La lutte doit reprendre»

fpi.jpg

«Essuyons nos larmes et avançons. Parce que la lutte continue», a fait savoir le fédéral Fpi de Yopougon. En ce qui concerne la réconciliation nationale, la Fédération Fpi Abidjan-Banco a déclaré être d’accord avec le principe.





Publicite Afrique



La commune de Yopougon, fief incontesté du Fpi et où Laurent Gbagbo compte le plus d’inconditionnels, ne veut pas être en reste de la résurrection du parti. Ce dimanche 25 septembre 2011, la Fédération Fpi Abidjan-Banco, regroupant les communes de Yopougon et Songon, a tenu sa première assemblée générale, après la crise post-électorale.

Le fédéral Zaba Zadi Larare a relevé que sa fédération a payé un lourd tribut dans cette crise.Plusieurs de ses militants et sympathisants, révèlent-ils, ont été assassinés, d’autres sont encore en exil, sans compter les innombrables destructions de biens. Et Yopougon continue de souffrir le martyr. «Les Frci font des perquisitions musclées et inopinées dans les maisons des militants Fpi, elles se sont appropriées nos différents locaux. A savoir le siège de la fédération, le QG de campagne et même le village de la Liberté. La peur s’est aussi généralisée à Yopougon, du fait de certaines personnes qui font des dénonciations calomnieuses », a indiqué le fédéral.

Toutefois, il a appelé les militants et sympathisants du Fpi et au-delà de l’ex-majorité présidentielle, à se remobiliser rapidement. «Le Fpi n’est pas mort et il ne peut pas mourir. Il nous faut donc nous remobiliser. La lutte doit reprendre. C’est pourquoi, j’invite tous les militants le 15 octobre à prendre part au giga meeting de la place CP1», a-t-il déclaré. «Essuyons nos larmes et avançons. Parce que la lutte continue», a fait savoir le fédéral Fpi de Yopougon. En ce qui concerne la réconciliation nationale, la Fédération Fpi Abidjan-Banco a déclaré être d’accord avec le principe. Toutefois, elle estime que pour une réconciliation sincère et durable, il faut la libération du président Gbagbo, du président du Fpi, Affi N’Guessan et des autres personnalités détenues.

La démission de Youssouf Bakayoko exigée

Quant aux élections législatives, selon Zaba Zadi, la Fédération Fpi de Yopougon a exigé la démission de Youssouf Bakayoko à la tête de la Cei et la recomposition de cette structure à travers une représentation équilibrée entre Lmp et Rhdp. Elle a par ailleurs souhaité, le redécoupage des circonscriptions électorales après des discussions politiques, le redéploiement de la police et de la gendarmerie sur l’ensemble du territoire national. Ainsi que de l’administration générale.

Frank Toti

12:29 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

oui pour une cote divoire libre.

Écrit par : ouanyou | 29/09/2011

Les commentaires sont fermés.