topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

17/09/2011

L'OUEST ATTAQUE PAR DES HOMMES LOURDEMENT ARMES

ouest.jpg

Nuit de feu, de sang et de larmes, le jeudi 15 septembre 2011, à Ziriglo, un village ivoirien frontalier du Liberia, dans la sous-préfecture de Taï, situé à une centaine de kilomètres de Guiglo. Un commando venu du Liberia, d’au moins une quinzaine d’éléments,





Publicite Afrique



Nuit de feu, de sang et de larmes, le jeudi 15 septembre 2011, à Ziriglo, un village ivoirien frontalier du Liberia, dans la sous-préfecture de Taï, situé à une centaine de kilomètres de Guiglo. Un commando venu du Liberia, d’au moins une quinzaine d’éléments, lourdement armés, selon une source proche de la gendarmerie locale, a perpétré une attaque dans la localité, tuant un élément des Frci et plus de seize (16) civils.

Nigré, un autre village du département de Grabo, distant de Ziriglo de seulement 50 mètres et rattaché à Djouroutou, village du Général Kassaraté, a également été attaqué par la bande armée.

Au cours de ces attaques simultanées, selon notre source, deux (2) assaillants ont succombé à leurs blessures. Mais ce sont les civils qui ont payé un lourd tribut avec plus de 16 tués et des dizaines de blessés par balles. Un (1) élément des Frci a été grièvement touché, ajoute notre source, et plusieurs maisons incendiées. En termes de bilan, nous avons appris que près de 20 personnes ont trouvé la mort dans cette attaque. Les assauts des assaillants ont été lancés entre minuit et trois (3) heures du matin et les échanges de tirs ont duré jusqu’au lever du jour.
Une autre source, indépendante, affirme que dans le village de Ziriglo, les assaillants ont abattu, de sang froid, des personnes dans les domiciles, après avoir défoncé les portes. Des éléments de la gendarmerie de Grabo, de Guiglo ainsi que des soldats de l’Onuci se sont rendus sur les lieux dans la journée du vendredi 16 septembre pour faire le constat et ouvrir une enquête. Des enquêteurs sur place affirment que cette attaque a été opérée par des hommes venus du Liberia.

L’ouest ivoirien, a été l’épicentre des attaques de la rebellion des FRCI. Plusieurs jeunes de la region avaient fui au Liberia voisin. Au moins 89 Ivoiro-Libériens d’entre eux, accusés injustement d`être des mercenaires ayant participé aux violences post-électorales en Côte d`Ivoire, avaient été arrêtés en mai 2011, alors qu’ils tentaient de fuir les tueurs de Ouattara.
Mais jusqu'à ce jour, de nombreux éléments de la rébellion de Ouattara sont dans cette région avec armes et des munitions sans être inquiétés. Ils constituent une menace réelle aujourd’hui pour la sécurité et la stabilité de la région.

09:52 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

je suis sur que ce n'etait pas seulement que des civils tués mais des elements des FRCI

Écrit par : abobolais | 19/09/2011

ca g s8 sur kil ont b1 tuer ses demons de rebel la!!!il nont r1 vue encore

Écrit par : guyo | 19/09/2011

ca g s8 sur kil ont b1 tuer ses demons de rebel la!!!il nont r1 vue encore

Écrit par : guyo | 19/09/2011

Les commentaires sont fermés.