topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

13/09/2011

LES FRCI ENVAHISSENT LA VILLE DE BANGOLO

dozo.jpg

Et ils ont envahi la ville et créé la panique, parce que tous armés !.... ils se sont mis à tirer jusqu’au petit matin





Publicite Afrique



Panique à Bangolo. Un véritable bataillon de dozo est entré dans la ville le jeudi 8 septembre 2011, sans informer la population et y a occupé le Foyer polyvalent. Selon des sources administratives sur place, ces dozo au nombre de 1500 environs, seraient à la recherche d’un terrain pour en faire un camp militaire. Mais ils auraient annoncé être venus à Bangolo pour une cérémonie pour «vendre leurs médicaments», «organiser une fête »... Et ils ont envahi la ville et créé la panique, parce que tous armés ! Dès la tombée de la nuit, selon des témoignages, ils se sont mis à tirer jusqu’au petit matin. Pourtant la guerre semble être finie depuis longtemps et personne ne nie le fait que Ouattara avec l'aide et le soutien de la Franec, les USAet l'ONU, l’a gagnée. Le matin, ils ont formé une longue procession, file indienne qui part du Foyer jusqu’au lointain quartier Doêhin. De là, ils ont commencé à tourner dans toute la ville. C’est après cela que, toujours selon nos sources,autour de 11 heures le vendredi 9 septembre 2011, sans même informer le chef de canton, qui serait à peu près leur équivalent au plan traditionnel, ils sont allés sur la rivière sacrée Doê, avec une multitude de poulets à sacrifier. Ils auraient répondu à ceux qui ont eu le courage de leur demander ce qu’ils faisaient sur leur terre, que « la forêt et la terre appartiennent à la Côte d’Ivoire et qu’en tant qu’Ivoiriens, ils n’avaient besoin de l’autorisation de personne et que de toutes les façons, ils ont payé tout Bangolo». Auprès de qui auraient-ils payé Bangolo ? Personne ne le sait pour l’instant. Mais disons le tout net. Chassés de Daloa, d’Abidjan et d’un peu partout, plutôt que d’aller dans leur région culturelle et naturelle où ils sont reconnus comme chasseurs traditionnels, c’est à Bangolo que ces dozo qui ont semé impunément la mort à Duékoué, à Abobo et dans plusieurs endroits de la Côted’Ivoire, ont trouvé leur point de chute. Selon des sources proches du préfet, ces dozo seraient de passage et que le préfet aurait promis tout faire pour qu’ils s’en aillent. Les autorités locales de l’Onu se seraient dites surprises par la présence de cette meute de dozo. Mais d’autres sources indiquent que ces dozo sont venus s’installer à Bangolo à la demande des leaders du Rhdp du département. Ce, dans le but d’assurer la sécurité du département en lieu avec les Frci, en lieu et place de la gendarmerie et de la police. Et déjà, l’on nous apprend que ces dozo ont commencé à rentrer dans les villages et campements, se livrant à des vols, pillages, faisant fuir les populations apeurés.

11:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bangolo, frci

Commentaires

Est-ce une armée cette sois disant armée? N'est-pas des féticheurs déguisé en des hommes en arme? Et la communauté dite internationale ferme les yeux sur tous ces crimes. Et puis que signifie FRCI, si ce n'est la France Récolonise la Côte d'Ivoire, voilà la vraie définission de cette bande armée qui ne cesse de traumatiser les pauvres ivoiriens. Les boeufs et moutons sont là pour les sacrifices, alors qu'ils arrêtent de faire du mal aux Ivoiriens qui essaie ta,nt bien que mal à aller à la réconciliation...

Écrit par : KOFFI | 11/10/2011

Les commentaires sont fermés.