topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

09/09/2011

LES FRCI TABASSENT TOUTE UNE FAMILLE SOUS ORDRE D'UN GUINEEN

frci.jpg

Le jeune Gnazalé Hervé, est rudoyé de coups. Ces sœurs cadettes également. Les gamins qui cherchaient à prendre la tangente sont cueillis par les éléments Frci qui montaient la garde devant le portail.





Publicite Afrique



Les rebelles de FRCI de Alassane Ouattara continuent de semer la terreur au sein de la population. Le dimanche dernier, aux environs de 19 heures, des éléments à la solde du nouveau pouvoir d’Abidjan ont fait une descente musclée au quartier bel-Air, précisément au domicile de la famille Gnazalé. Sans aucune forme de procès et à l’aide de leur ceinturon, ils ont passé à tabac tous ceux qui se trouvaient dans la maisonnée. Les enfants dont l’âge varie entre 5, 6 et 8 ans ont reçu leur dose de « punition ». Que s’est-il réellement passé pour que cette famille subisse le courroux des hommes en armes ? En effet, il ressort des explications des membres de cette famille qu’un certain Kila, de nationalité Guinéenne, locataire d’un de leurs magasins a été prié de rendre les clés. Parce que, depuis treize mois, celui-ci ne payait plus le loyer mensuel de 10000 Fcfa. Au lieu de régler cette histoire à l’amiable, le Sieur Kila fait appel à ses amis Frci postés dans les environs de la pharmacie bel-Air. Les minutes qui ont suivies n’ont pas été facile pour cette famille. Le jeune Gnazalé Hervé, est rudoyé de coups. Ces sœurs cadettes également. Les gamins qui cherchaient à prendre la tangente sont cueillis par les éléments Frci qui montaient la garde devant le portail. Les voisins sidérés par ce vilain comportement des soldats de Ouattara volent au secours des victimes. Mais, en vain. Déterminés à faire payer la famille Gnazalé son crime d’avoir réclamé son loyer à leur camarade, les éléments des Frci ont fait subir toutes sortes de brimades aux habitants de ce quartier. Résultat, plusieurs blessés ont été enregistrés. La famille a donc portée une plainte régulière du 16ème arrondissement de police de Yopougon, avec à l’appui plusieurs certificats médicaux. Le droit sera-t-il dit ? En tout cas, ces éléments qui ont fait passer ce mauvais quart d’heure à la famille Gnazalé et à leurs voisins ont formellement été identifiés par le Lieutenant Yapo, chargé du dossier.

10:54 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.