topblog Ivoire blogs

25/08/2011

LIBYE: INFORMATIONS A PRENDRE AU SERIEUX






Publicite Afrique


des officiers libyens qui luttent aux côtés des rebelles à Benghazi ont récemment vendu des armes chimiques à des représentants du Hamas et du Hezbollah qui se sont rendus en Libye dans la deuxième semaine de mars

AURO.jpg


La guerre civile qui fait rage en Libye n’oppose pas les « bons » et les « méchants ». Des sources américaines de renseignement révèlent que des officiers libyens qui luttent aux côtés des rebelles à Benghazi ont récemment vendu des armes chimiques à des représentants du Hamas et du Hezbollah qui se sont rendus en Libye dans la deuxième semaine de mars.
Il s’agirait d’au moins 2000 obus d’artillerie pouvant porter du gaz « moutarde », environ 1200 obus pouvant porter du gaz paralysant, avec les contenants de gaz correspondants ainsi que des armes conventionnelles telles que des missiles anti-chars.
Ce que les services de renseignements américains et israéliens savent déjà, c’est que les obus ont déjà été acheminés de Libye au Soudan, par convois escortés d’officiers iraniens de renseignement ainsi que de miliciens du Hezbollah et du Hamas. Ces deux organisations terroristes attendent pour le moment l’occasion de les transférer vers le Liban ou la Bande de Gaza, sans qu’Israël ou les Etats-Unis puissent les intercepter. Par contre, on ne sait pas si le gaz « moutarde » et le gaz paralysant sont déjà au Soudan, ou s’ils doivent être acheminés à part.
Selon les Américains, les obus en question peuvent être tirés par mortier, mais certains peuvent également être chargés sur des drones de fabrication iranienne, que le Hezbollah possède déjà.
L’Iran a décidé de soutenir les rebelles libyens car il y a vu une occasion unique de fournir les arsenaux du Hezbollah et du Hamas en armes non conventionnelles, sans que Téhéran soit directement accusé d’en être le fournisseur. Des délégués iraniens s’étaient rendus à Benghazi au mois de février, dès l’éclatement de la révolte, et ont conclu des accords avec des chefs rebelles sur la quantité et le prix des « marchandises ».
Le 29 mars, le Commandant des Forces américaines à l’OTAN, l’Amiral James Stavridis, a pour la première fois révélé devant une Commission du Sénat US « que des éléments du Hezbollah se trouvaient à Benghazi en même temps que des membres d’Al-Qaïda », mais sans préciser comment ils étaient arrivés ni dans quelle intention.
L’apparition d’armement chimique ou biologique au sud-Liban ou dans la Bande de Gaza constituerait un nouveau cap franchi par les terroristes. Israël saura-t-il l’éviter?

18:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.