topblog Ivoire blogs

18/08/2011

COTE D' IVOIRE: OUATTARA A PEUR D'ENVOYER GBAGBO A ABIDJAN

En réalité, on craint surtout que la présence de Simone et de Gbagbo à la Maca n’entraîne une revolte du peuple à Abidjan. Pour éviter donc tout cela et donc la chute de leur pouvoir herité de la France

GBAGBO.jpg


La Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca) a rouvert ses portes le mardi 16 août 2011, après un peu plus de quatre mois de fermeture. 16 nouveaux pensionnaires y sont déjà, et d’autres vont suivre dans les jours qui viennent. Selon nos sources, les personnalités politiques notamment les cadres du Front populaire ivoirien (Fpi) et de La majorité présidentielle (Lmp), qui ont été inculpées récemment dans le cadre de la crise post-électorale, seront transférées à la Maca, à l’exception du président Laurent Gbagbo et son épouse Simone Ehivet ( kidnappés par ma Force Licorne et retenus à Korhogo et Odienné par les rebelles de Ouattara. Le couple Gbagbo, contrairement aux responsables du Fpi qui sont détenus à Katiola, Bouna et Boundiali, sera maintenu dans son lieu de détention ‘’jusqu’à nouvel ordre’’. La décision du camp Ouattara, indiquent nos sources, est guidée par deux raisons principales. La première est relative à la qualité de Monsieur et Madame Gbagbo. Alassane Ouattara aurait ordonné que le Présdent Laurent GBAGBO et la Prémière dame, bien que soumis à des poursuites judiciaires, continuent de bénéficier de conditions de détention ‘’dignes de leurs rangs’’. En attendant donc de connaître son sort au plan judiciaire, Laurent Gbagbo demeurera encore un moment dans la cité du Poro où il est traité dans des conditions inhumaines. Il en sera de même pour son épouse Simone dans le Denguélé. La seconde raison du maintien de l’ex-couple présidentiel à Korhogo et à Odienné par le régime Ouattara, révèlent d’autres sources, répond à une question de peur qu'il soit exfiltrés. Toujours selon nos sources, le pouvoir en place qui met "un point d’honneur à sécuriser la capitale économique Abidjan", veut maintenir loin de cette métropole l’ancien chef de l’Etat et son épouse dont on évoque ‘’la dangerosité ou le caractère préjudiciable’’. En réalité, on craint surtout que la présence de Simone et de Gbagbo à la Maca n’entraîne une revolte du peuple à Abidjan. Pour éviter donc tout cela et donc la chute de leur pouvoir herité de la France, ajoutent nos sources, le nouveau pouvoir préfère maintenir Laurent et Simone Gbagbo dans la partie septentrionale du pays qu’il maîtrise parfaitement. Mieux, en ce qui concerne les procès, ces deux personnalités pourraient être jugées dans cette zone, probablement à Bouaké, fief de la rébellion des Forces nouvelles (Fn). Notons que le chef de l’Etat Laurent Gbagbo, son épouse Simone, le président du Fpi, Pascal Affi N’guessan ainsi que plusieurs autres cadres de ce parti sont en détention à Korhogo, Odienné, Boundiali, Bouna et Katiola. Le régime de Laurent Gbagbo s’est éteint le 11 avril 2011 à la suite d’une offensive menée par la force française Licorne et l’Opération des nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci).

09:23 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.