topblog Ivoire blogs

12/07/2011

COTE D'IVOIRE: Les gbakas font leur entrée au Plateau, à Koumassi et Marcory

Avec la rareté des bus, les gbaka ont pris le relais dans la desserve de certaines communes. C’est d’ailleurs le cas au Plateau, Marcory et Koumassi où ces moyens de transport ont pion sur rue et seraient à l’origine de certains embouteillages.
gbaka.jpg


gbaka.jpgAvec la rareté des bus, les gbaka ont pris le relais dans la desserve de certaines communes. C’est d’ailleurs le cas au Plateau, Marcory et Koumassi où ces moyens de transport ont pion sur rue et seraient à l’origine de certains embouteillages.

La crise qu’a connue la Côte d’Ivoire a durement affecté le parc automobile de la Sotra à tel point que l’entreprise publique n’arrive plus à satisfaire les besoins des populations. Le temps mis aux arrêts des bus est devenu désormais énorme d’où la grogne des populations. Rallier le Plateau, Marcory ou Koumassi à partir d’Adjamé aux heures de pointes est devenu un casse tête chinois. Afin de faciliter le déplacement de la population notamment, les fonctionnaires, des transporteurs du privé se sont invités sur certaines lignes qui leur sont interdites. Aujourd’hui, les Gbaka ont légalisé leur présence dans certaines communes alors que, dans un passé récent ils exerçaient dans la clandestinité. Selon des indiscrétions, ces véhicules inadaptés feraient du social puisqu’ils appliquent des tarifs abordables. « Pour rallier le Plateau à partir d’Adjamé, nous payons moins qu'en empruntant les woro-woro,» a confirmé un usager qui emprunte ces gbaka.

Ces transporteurs qui travaillent dans l’illégalité n’ont pas la tâche facile sur certaines lignes, notamment celles de Marcory et de Koumassi où Ils ont le plus souvent des démêlés avec les syndicalistes. «Nous avons beaucoup de problèmes avec les syndicalistes à Abidjan sud parce que, nous n’avons pas le droit d’exercer sur ces lignes,» a reconnu un chauffeur de gbaka, assurant la ligne Adjamé Koumassi en passant par le Vge. Ils se plaignent d'être l'objet de racket de policiers. Bien qu’ils se félicitent de rendre service aux usagers, ces transporteurs privés sont accusés par certains de leurs collègues d’être à l’origine de la plus part des embouteillages sur les axes qu’ils empruntent dans les communes suscitées. «Ils nous rendent d’énormes services certes mais, ils ont une mauvaise conduite pour la plus part. Les feux tricolores ne représentent rien pour eux,» a déploré un usager.

Cette concurrence déloyale que ces transporteurs du privé font à la Sotra crée d’énormes préjudices à l’entreprise selon des responsables qui chiffrent les pertes subies à des centaines de mille par jour. Alors que la Sotra peine à satisfaire sa clientèle.

Wassimagnon. KOACI ABIDJAN

Les commentaires sont fermés.