topblog Ivoire blogs

23/06/2011

SARKO A DECIDER D'ELIMINER LE PR GBAGBO

ALERTE !!!!ALERTE !!!! SARKO A DECIDER D'ELIMINER LE PR GBAGBO






Alerte !! Qui veut menacer la vie de Laurent Gbagbo ?

Une réunion secrète se serait-elle tenue à Paris, au Quai d’Orsay, le jeudi 16 juin 2011 dont l’ordre du jour était réservé uniquement au cas Laurent Gbagbo ?

En tout cas selon des sources dignes de foi, à l’issue de ce meeting classé top secret, et relative au prisonnier politique Gbagbo Laurent Gbagbo, des proches du Président Sarkozy auraient pris des décisions graves portant sur le règlement accéléré du problème Gbagbo.

Dans cette perspective, selon ces sources généralement bien informées, ces acteurs politiques français auraient décidé, avec le soutien actif de leur commanditaire, de faire croire qu’un commando a été formé à l’effet d’extraire le Président Laurent Gbagbo nuitamment de la prison où il se trouve à Korhogo. Cette opération qui verra nécessairement l’opposition des forces qui gardent ce politique intrépide et visionnaire, donnera lieu à des échanges de coups de feu. Ce sera alors un prétexte suffisant pour liquider physiquement M. Gbagbo. Pour rendre crédible leur stratagème, les commanditaires de ce coup feront naturellement exécuter sur les lieux des membres de la garde rapprochée du Président en résidence surveillée dans cette ville, pour ensuite les accuser d’être le commando libérateur. L’on démontrera alors par médias interposés que ledit commando était lourdement armé, pour accomplir cette tâche périlleuse.

Les médias français, toute tendance confondue, prendront le relais pour dire avec forces détails et témoignages hypocrites à l’appui que jamais la France, ni le pouvoir d’Abidjan n’ont eu pour projet de tuer ce digne fils d’Afrique. Mais que seule la démesure de ses partenaires et alliés le fait passer de vie à trépas. L’on tiendra alors sur son compte, à l’occasion, des discours laudateurs, pour donner l’impression qu’on l’appréciait.
Pour quelles raisons, après l’avoir renversé, humilié, les Français tiennent-ils encore à l’éliminer ?

C’est que l’homme, avec ses idées indépendantistes et souverainistes, dérange énormément Sarkozy et les siens. En fait, sa valeur et sa popularité sont difficiles à occulter si bien que même en résidence surveillée, ses bourreaux ont la trouille au point qu’ils planifient à brève échéance son assassinat.

Ceux-ci auraient aimé ne plus entendre parler de Laurent Gbagbo, à l’issue du coup d’Etat qu’ils ont perpétré, à cause de sa légitimité historique, sa combativité et sa vision singulière pour la Côte d’Ivoire et l’Afrique. Leur souhait aujourd’hui est de ne plus jamais le retrouver dans l’arène politique, car considéré comme un adversaire redoutable, un véritable félin politique.

Ne l’oublions pas, autant ses bourreaux à l’extérieur le respectent, autant les tenants du pouvoir en Côte d’Ivoire se méfient de lui, car pour eux, il est une bombe à retardement. Sa sortie de prison est donc fortement redoutée par les alliés de la nébuleuse qui craignent à raison ou à tort un retournement de situation. On comprend donc que pour éviter une pareille alternative, ceux de l’extérieur projettent un assassinat du prisonnier gênant suivant la procédure qui a été décrite.

Les autorités ivoiriennes sont-elles au courant de ce coup en préparation ? Si oui, que font-elles pour l’étouffer dans l’œuf quand on sait qu’elle est de nature à creuser davantage le fossé qui sépare les deux camps qui se sont affrontés après la période électorale ?

L’on devrait agir avec célérité pour s’éviter des surprises désagréables ! La Côte d’Ivoire n’a pas besoin d’un tel assassinat aujourd’hui qui la plongerait définitivement dans le noir.

from abidjandirect.net

Alerte !! Qui veut menacer la vie de Laurent Gbagbo ?

Une réunion secrète se serait-elle tenue à Paris, au Quai d’Orsay, le jeudi 16 juin 2011dont l’ordre du jour était réservé uniquement au cas Laurent Gbagbo ?

En tout cas selon des sources dignes de foi, à l’issue de ce meeting classé top secret, et relative au prisonnier politique Gbagbo Laurent Gbagbo, des proches du Président Sarkozy auraient pris des décisions graves portant sur le règlement accéléré du problème Gbagbo.

Dans cette perspective, selon ces sources généralement bien informées, ces acteurs politiques français auraient décidé, avec le soutien actif de leur commanditaire, de faire croire qu’un commando a été formé à l’effet d’extraire le Président Laurent Gbagbo nuitamment de la prison où il se trouve à Korhogo. Cette opération qui verra nécessairement l’opposition des forces qui gardent ce politique intrépide et visionnaire, donnera lieu à des échanges de coups de feu. Ce sera alors un prétexte suffisant pour liquider physiquement M. Gbagbo. Pour rendre crédible leur stratagème, les commanditaires de ce coup feront naturellement exécuter sur les lieux des membres de la garde rapprochée du Président en résidence surveillée dans cette ville, pour ensuite les accuser d’être le commando libérateur. L’on démontrera alors par médias interposés que ledit commando était lourdement armé, pour accomplir cette tâche périlleuse.

Les médias français, toute tendance confondue, prendront le relais pour dire avec forces détails et témoignages hypocrites à l’appui que jamais la France, ni le pouvoir d’Abidjan n’ont eu pour projet de tuer ce digne fils d’Afrique. Mais que seule la démesure de ses partenaires et alliés le fait passer de vie à trépas. L’on tiendra alors sur son compte, à l’occasion, des discours laudateurs, pour donner l’impression qu’on l’appréciait.
Pour quelles raisons, après l’avoir renversé, humilié, les Français tiennent-ils encore à l’éliminer ?

C’est que l’homme, avec ses idées indépendantistes et souverainistes, dérange énormément Sarkozy et les siens. En fait, sa valeur et sa popularité sont difficiles à occulter si bien que même en résidence surveillée, ses bourreaux ont la trouille au point qu’ils planifient à brève échéance son assassinat.

Ceux-ci auraient aimé ne plus entendre parler de Laurent Gbagbo, à l’issue du coup d’Etat qu’ils ont perpétré, à cause de sa légitimité historique, sa combativité et sa vision singulière pour la Côte d’Ivoire et l’Afrique. Leur souhait aujourd’hui est de ne plus jamais le retrouver dans l’arène politique, car considéré comme un adversaire redoutable, un véritable félin politique.

Ne l’oublions pas, autant ses bourreaux à l’extérieur le respectent, autant les tenants du pouvoir en Côte d’Ivoire se méfient de lui, car pour eux, il est une bombe à retardement. Sa sortie de prison est donc fortement redoutée par les alliés de la nébuleuse qui craignent à raison ou à tort un retournement de situation. On comprend donc que pour éviter une pareille alternative, ceux de l’extérieur projettent un assassinat du prisonnier gênant suivant la procédure qui a été décrite.

Les autorités ivoiriennes sont-elles au courant de ce coup en préparation ? Si oui, que font-elles pour l’étouffer dans l’œuf quand on sait qu’elle est de nature à creuser davantage le fossé qui sépare les deux camps qui se sont affrontés après la période électorale ?

L’on devrait agir avec célérité pour s’éviter des surprises désagréables ! La Côte d’Ivoire n’a pas besoin d’un tel assassinat aujourd’hui qui la plongerait définitivement dans le noir.

00:55 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.